Péninsule de Banks

Nous ne voulions pas dormir à Christchurch en arrivant de Singapour, et avons opté pour la Péninsule de Banks pour nous reposer et commencer doucement notre séjour. Créée par deux violentes éruptions il y a 8 millions d’années, son cratère principal a depuis été envahi pat les eaux pour former la baie d’Akaroa. Ses versants sont désormais essentiellement occupés par des vaches et des moutons. Nous n’avons pas été déçus par l’ambiance et les paysages, et c’était une très bonne première étape en Nouvelle-Zélande.

Akaroa la française

Nous avons passé deux nuits à la Onuku Farm Hostel située juste après Akaroa. Ca a été l’occasion d’une petite pause dans cette sympathique petite bourgade. Je savais qu’elle était le lieu où des colons français avaient débarqué à la fin du 19ème siècle mais je ne pensais pas que cet héritage était encore si présent et important pour les locaux. Ainsi, on passe de la Rue Jolie (en français dans le texte) à la rue Lavaux, devant la «Boucherie du Village» puis la boutique Pot-Pourri, avec plein de drapeaux français partout dans les rues. Même l’écriteau annonçant le marché des fermiers arbore un drapeau français. Nous avons eu la chance d’y avoir un grand beau temps et avons ainsi pu profiter de l’assez incroyable bleu des eaux de la baie, cernée par des prés pour moutons sur les hauteurs. Le trajet d’Akaroa vers l’auberge fait aussi passer devant une petite chapelle utilisant quelques motifs maori ainsi qu’un marae, bâtiment de rassemblement maori. D’un point de vue bassement matériel, c’est l’un des rares endroits sur la péninsule où on puisse aller faire ses courses grâce à la petite supérette Four Square.

Akaroa est  composée de nombreuses résidences secondaires des riches habitants de Christchurch, et son joli yacht club semble indiquer que la voile peut être une des activités sur place. On peut aussi faire de nombreuses balades à pied plus ou moins longues et difficiles, avec notamment la Banks Peninsula Track, faisant le tour de la presqu’île en 3-4 jours.

Vaches à Onuku | Voyage-Nouvelle-Zelande.net Onuku Farm Hostel | Voyage-nouvelle-zelande.net
Vaches à Onuku Onuku Farm Hostel
Phare d'Akaroa | Voyage-Nouvelle-Zelande.net Phare d'Akaroa | Voyage-nouvelle-zelande.net
Phare d’Akaroa
Marae d'Onuku | Voyage-Nouvelle-Zelande.net Chapelle d'Onuku | Voyage-Nouvelle-Zelande.net
Marae d’Onuku Chapelle d’Onuku

 

La baie d’Okains

Toujours sur la péninsule de Banks, la baie d’Okains est l’une des rares plages permettant la baignade et le surf. Bien qu’orientée au nord et bien protégée de chaque côté, sa grande plage est capable de recevoir quelques houles et l’estuaire de la rivière permet aux enfants de barboter en toute sécurité. C’est aussi un bon point de départ pour faire quelques balades dont n’avons pas pu profiter. Nous avons par contre gonflé le SUP pour une petite session sur la rivière. C’était très intéressant pour Gaël (et moi aussi d’ailleurs) de pouvoir voir toutes sortes de canards locaux, des échassiers noirs à bec rouge (oui, je suis un expert en ornithologie…), plein de petits poissons qui prenaient peur à l’approche de la grosse ombre de la planche et sur la plage des crabes qui profitaient de la marée basse. Même sans SUP, il est possible de profiter de cette rivière en louant des kayaks sur la plage de la rivière du camping. Nous avons malheureusement dû partir pour le Lac Tekapo, mais nous aurions aimé rester un peu plus.




Baie d'Okains | Voyage-Nouvelle-Zelande.net Baie d'Okains | Voyage-Nouvelle-Zelande.net
Baie d’Okains

 

Forêt d’Otepatotu

En chemin entre Akaroa et la Baie d’Okains, nous sommes tombés sur une balade préparée par le D.O.C (Department of Conservation), la Laverick Peak Loop. Prévue pour être faite en 1,5h, elle était parfaite pour notre petit bonhomme de 3 ans. Protégée du vent et du soleil, avec un sentier bien entretenu et un relief facile, elle a en plus été notre premier contact avec une végétation de forêt humide néo-zélandaise. Étant aussi bon en botanique qu’en ornithologie, je ne pourrai donner aucun nom des plantes que nous avons vues, mais nous avons été fascinés par les fougères, les mousses tombant des arbres, et à l’arrivée vers le sommet ce qui ressemblait à des arbres à thé. Le vent violent nous a garanti une excellente visibilité sur une bonne partie de la presqu’île. Vraiment une balade facile recommandée pour tout le monde et surtout ceux avec des jeunes enfants.

Sommet de l'Otepatotu Forest | Voyage-Nouvelle-Zelande.net Sommet de l'Otepatotu Forest | Voyage-Nouvelle-Zelande.net
Vue au sommet de l’Otepatotu Forest

En résumé

  • Impression générale : excellent endroit pour récupérer quand on arrive à Christchurch en avion. Même sans cela, on peut très bien s’y poser 4-5 jours et profiter du rythme bien lent. Nous nous sommes pris une bonne tempête sur la tête un après-midi après avoir passé la matinée par plus de 20°. Le temps peut changer très vite et le vent souffler très fort.
  • Où dormir : la presqu’île regorge de jolies petites auberges très charmantes mais nous ne pouvons juger que de deux adresses :
    Onoku Farm Hostel : dispose d’un grand champ pour les vans et camping cars avec vue imprenable sur la baie, une partie commune juste protégée par un toit avec douche (chaude incluse dans les 25 NZD par nuit) et une petite cuisine. Le wifi est inclus et illimité. Des chambres, lits en dortoir et bungalows sont aussi disponibles. Les visites des moutons de la ferme sont le bonus qui ravira tout le monde et surtout les plus jeunes.
    Camping de la baie d’Okains : beaucoup d’arbres anciens avaient été coupés peu avant notre arrivée, ce qui donnait un peu une ambiance façon Sleepy Hollow. Nous y sommes arrivés un dimanche après-midi et tous les visiteurs de Christchurch étaient déjà partis, laissant le camping presque vide. Nous devions être 3 voire 4 véhicules dans un camp qui peut normalement en accueillir une centaine, surtout le weekend quand il fait le plein de gens de Christchurch. Néanmoins, les installations sont propres et grandes (douche chaude à 2 NZD), il y a une aire de jeux pour les enfants avec tyrolienne (plutôt pour les adultes) et on est directement à la plage. C’était sympa, mais j’ai préféré la Onuku Farm Hostel.
  • Activités : marche à pied, comptage de moutons, nage avec les dauphins d’Hector, repos, surf et voile
  • Transports : la presqu’île est petite, mais ses routes le sont encore plus, et surtout il s’agit de routes de montagne sinueuses et raides. Les quelques kilomètres qui séparent la Baie d’Okains du début de la péninsule nécessitent ainsi facilement 35-40mn de route, certes magnifique. La Touristic Drive vaut vraiment le coup puisqu’elle domine l’ensemble de la péninsule de Banks et en propose de superbes vues ainsi que de nombreux endroits où s’arrêter profiter du paysage. Elle est d’ailleurs plutôt à faire d’Est en Ouest, pour pouvoir profiter de l’incroyable vision de l’Océan Pacifique avec en arrière plan les Alpes du Sud.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *