Parc National Abel Tasman

Nous en rêvions depuis des mois, c’était l’une des rares réservations que nous avions faites en avance pour être sûrs d’avoir un endroit où garer notre van, et malheureusement, la réalité n’a pas atteint le niveau du rêve. La faute à une météo peu favorable et à des activités possibles peu compatibles avec des enfants en bas âge. Nous retournerons malgré tout un jour au Abel Tasman National Park.

Totaranui Beach

Annoncé par le DOC comme l’un des sites les plus fréquentés de leur réseau et nécessitant une réservation pendant les mois de Décembre et Janvier, le camp de Totaranui Beach est immense et doit pouvoir un gros côté industriel pendant les fêtes de Noël. Dans notre cas, arrivés là-bas le 8 décembre, il n’y avait personne ou presque : nous étions 2 voitures sur une partie du camp qui devait pouvoir en contenir environ 80. Bref, il n’y avait que les wekas et nous.

Totaranui Beach, Mutton Cove, Abel Tasman National Park | Voyage-nouvelle-zelande.net

Tous les guides de voyage vendent l’Abel Tasman National Park comme un paradis des kayakistes pour ses eaux calmes et turquoises, avec comme compagnons de sortie des phoques qui viennent jouer à monter sur les embarcations. Malchance oblige, pour nous, c’était plutôt vent violent le premier jour, pluie tout le lendemain et temps légèrement voilé mais venteux le troisième jour. La plage est malgré tout bien protégée du vent et n’avait qu’un petit clapot et en moyenne qu’une gentille brise là où ailleurs ça soufflait à décorner les boeufs et avec des vagues. C’est aussi une bonne base pour marcher un peu et aller voir les plages voisines de Goat Bay, Mutton Cove et Anapai Bay.

Goat Bay

Petite baie potentiellement très sympathique au sud de Totaranui, nous avons dû rebrousser chemin au niveau de la pointe séparant Goat Bay et Totaranui à cause d’une pluie qui commençait à battre de plus en plus fort. Bien que comme un peu partout en Nouvelle-Zélande, le sentier était très bien entretenu et en l’occurrence était aussi très beau avec plein de fougères géantes partout autour de nous, le trajet pour y accéder grimpe parfois fort, et avec chacun un enfant sur le dos sur un sol glissant, nous avons préféré être faibles et rentrer au van. Dommage…

Anapai Bay

Première grande plage traversée par la Abel Tasman Great Walk en quittant Totaranui vers le Nord, on y accède soit à marée haute en faisant le tour par un chemin à l’entrée du camp quand on arrive de Nelson, soit à marée basse en mettant les pieds dans l’eau et traversant un petit bras de mer. C’est une bien jolie plage assez sauvage dont il fait bon entendre les vagues quand on en s’approche sur le sentier encore cerné par les fougères. Sans un groupe de collégiens, le nombre de visiteurs serait passé d’une trentaine à moins de 10.

IMG_7551 Anapai Bay, Abel Tasman National Park | Voyage-nouvelle-zelande.net
Anapai Bay

Il y a un petit camping du DOC accessible en bateau ou à pied sûrement bien mieux pour les randonneurs qui parcourent tout le trajet du parc. S’il est complet, pas de panique, il y en a quelques minutes plus loin à la jolie plage de Mutton Cove.

Mutton Cove

Cette plage m’a bien plus plu que sa voisine d’Anapai. Certes plus petite, les quelques minutes de marche qui la séparent d’Anapai la rendent aussi plus vide. On est aussi entouré de chaque côté par de grands blocs de rochers avec derrière soi la jungle. Nous avions d’ailleurs la plage pour nous à ce moment-là. J’ai fortement envié les chanceux qui ont pu venir ici en kayak passer la nuit, ou simplement n’importe qui qui est venu passer la nuit et a pu y voir un lever de soleil. Tout comme à Anapai, il y a un petit camping pour les randonneurs.

Mutton Cove, Abel Tasman National Park | Voyage-nouvelle-zelande.net Mutton Cove, Abel Tasman National Park | Voyage-nouvelle-zelande.net
Mutton Cove

En résumé

  • Impression générale : si ça n’avait été pour la malchance du mauvais temps, le Abel Tasman National Park aurait pu battre nos tant aimés Marlborough Sounds. Au-delà de cela, même si ça peut paraître cruel, nous sommes venus trop tôt ou trop tard dans ce parc puisqu’avec des enfants de 5 mois et un autre de 3 ans, il nous était difficile de faire la Great Walk ou encore de nous promener de plage en plage en kayak. Nous recommandons malgré tout bien évidemment à quiconque va sur l’Ile du Sud de faire un saut au Abel Tasman National Park, d’autant que ça peut faire un bon prétexte pour faire une cure de bons fruits et goûter les bonnes bières de chez Duncan Founders‘ (j’avais particulièrement aimé la 160 Lager). Néanmoins, la visite du parc prend plus de sens quand on peut vraiment s’adonner à la balade ce qui n’a pas été vraiment notre cas.
  • Transports : on accède à Totaranui après environ 35-40mn sur une piste de terre en bon état depuis Takaka. Sinon, l’autre option motorisée est de prendre un taxi-boat dont les trajets depuis Motueka jusqu’à Totaranui coûtent 75 NZD, soit autant qu’un vol Auckland – Christchurch. La méthode la plus romantique consiste aussi à se bouger et parcourir la Abel Tasman Great Walk et s’arrêter dans l’un des multiples campings sur le chemin, qui peuvent tout aussi bien satisfaire les kayakistes.
  • Activités : glander sur la plage et regarder les fous de Bassan faire une razzia sur les poissons peut être une option, mais ce serait dommage étant donné les jolies promenades à faire. Par beau temps, le SUP aurait été une superbe activité, et le kayak n’y est pas réputé pour rien. La Great Walk serait à elle seule presque une bonne raison pour nous de retourner en Nouvelle-Zélande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *