Ile du Sud

Ile la moins peuplée des deux îles principales de la Nouvelle-Zélande, l’Ile du Sud aura aussi été notre préférée. Avoir des endroits magnifiques comme la Péninsule de Banks ou la Région de Marlborough aide forcément. Néanmoins, le rythme plus lent, les grands espaces et le peu de population n’ont été que du bonheur pour nous. Etre la seule île sur laquelle nous avons vu des weka a aussi été forcément un plus pour Gaël.

C’est là-bas que notre périple a commencé et fini, et si j’avais su au moment de planifier notre voyage, je pense que j’aurais très sérieusement envisagé consacrer nos deux mois de voyage juste à l’Ile du Sud.

Galerie photos

Péninsule de Banks | Voyage-Nouvelle-Zelande.net Sandfly Bay | Voyage-nouvelle-zelande.net
Lac Tekapo | Voyage-nouvelle-zelande.net Taiaroa Head | Voyage-nouvelle-zelande.net
Harbour Street, Oamaru | voyage-nouvelle-zelande.net Baie d'Okains | Voyage-Nouvelle-Zelande.net
Lac Tekapo | Voyage-Nouvelle-Zelande.net Sandfly Bay | Voyage-nouvelle-zelande.net

Destinations

  • La Péninsule de Banks et son rythme très tranquille
  • Le Lac Tekapo et ses lacs voisins de Pukaki pour de la marche en se ressourçant aussi au village de Mount Cook
  • La ville historique d’Oamaru pour voir des pingouins et voyager dans le temps directement jusqu’au 19ème siècle dans le quartier du port
  • Dunedin et la Péninsule d’Otago pour faire connaissance avec des albatros, phoques et pingouins
  • Les Caitlins, région sauvage et battue par les vents et les vagues dans le grand Sud
  • Les fjords dans la région de Milford Sound et Doubtful Sound
  • Queenstown et Wanaka pour s’adonner à tous les sports extrêmes possibles (ou presque)
  • Haast et la côte Ouest
  • Abel Tasman National Park pour faire du kayak avec les phoques ou se promener dans des forêts de fougères géantes dans la Great Walk du parc
  • Marlborough Sounds pour vivre tranquillement au rythme des marées et se frotter à la Queen Charlotte Track

Comment y aller?

Comme son nom l’indique, l’Ile du Sud est une île, ce qui limite les moyens de transport pour y accéder. Voici néanmoins les plus courants :

  • Avion : on peut commencer à trouver des vols depuis l’Europe à 1000€ pour Christchurch. A l’inverse, un vol depuis Auckland pour Christchurch commence aux environs de 50€ par tête.
  • Ferry : depuis Wellington, le ferry prend environ 3h30 avec des prix fluctuants selon les saisons. Bien que ça puisse bouger un peu selon les conditions, la traversée n’en reste pas moins agréable et on peut même voir des albatros plutôt du côté de l’Ile du Nord!
  • Voilier : le summum de la classe, mais tout le monde n’en a pas un (nous non plus d’ailleurs) et il faut avoir quelques notions de navigation avant de s’attaquer aux conditions parfois violentes de la région

Comment s’y déplacer?

Les distances peuvent être bien plus longues entre deux villes sur l’Ile du Sud que sur l’Ile du Nord, et voyager pas toujours rigolo. Voici quelques moyens de transports que nous pouvons recommander. Notre page spéciale dédiée aux transports en Nouvelle-Zélande pourra donner plus de détails.

  • Voiture / moto : moyen motorisé le moins cher et permettant le plus de liberté.
  • Van / Camping car : pratique pour, comme la tortue, avoir toujours sa maison sur soi.
  • Bus : pratique si on ne peut pas se permettre une location de voiture ou van. Les villes néozélandaises n’étant pas forcément jolies et les attractions naturelles étant hors des villes, ce n’est pas forcément très pratique
  • Avion : pratique pour sauter d’une île à l’autre, ou pour éviter de perdre deux jours pour remonter à toute vitesse de Dunedin à Nelson, par exemple.
  • Autostop : pas cher, potentiellement sympa selon les gens sur lesquels on tombe. Après, tout le monde n’a pas forcément la place pour embarquer gratuitement une petite troupe de 4 potes qui veulent obligatoirement être ensemble…
  • Vélo : on en a vu, et bien que ce soit un mode de locomotion très beau et romantique, tous ceux qu’on a vus en bavaient comme des chiens à cause essentiellement du mauvais temps. Mais en baver est aussi ce que les cyclistes cherchent 😉

Attention aux distances entre les stations de service. La plus grande distance que nous avons vue était de 135km. Aussi, certaines zones comme Central Otago sont simplement vides. Des voitures passent de temps en temps, mais ce n’est pas forcément le bon endroit pour tomber en panne d’essence ou panne tout simplement.

Climat

Par principe, les saisons sont interverties par rapport aux nôtres. Ainsi, le printemps commence en Septembre et l’été est de Décembre à Février. Des locaux nous ont fait remarquer que Février et surtout Mars sont les meilleurs moments puisqu’il n’y a plus de touristes et les conditions sont encore très bonnes un peu partout. Néanmoins, il se dégage quelques tendances selon les régions :

  • Côte Est : plutôt sèche grâce aux Alpes qui récupèrent toute la pluie. Cela concerne surtout la province de Canterbury et le Nord de la province d’Otago.
  • Côte Sud : c’est la partie du pays qui est la plus proche de l’Antarctique (si on inclut Stewart Island et exclut les plus petites îles). Ce n’est pas par hasard si les Ecossais ont été aussi enthousiastes à l’idée de coloniser la région de Dunedin (nom gaélique d’Edinbourg…). Avec la pluie, le froid et le vent, ils se sont sentis comme à la maison. Plus on va au Sud plus les conditions ont de chances d’être mauvaises, mais apparemment c’est superbe…
  • Côte Ouest : les Alpes arrêtent la pluie sur les glaciers de Franz Josef et Fox, ce qui donne une forêt très verdoillante avec des fougères immenses et du vert partout. Quand nous sommes passés à Jackson’s Bay début Décembre, nous avons eu le privilège d’avoir un grand soleil assez exceptionnel, puisque le mois de Novembre leur avait donné 24 jours de pluie. Ca donne une idée des conditions.
  • Côte Nord : les régions de Nelson et Blenheim sont les plus ensoleillées et chaudes de l’île. C’est ce qui permet de faire pousser autant de bons fruits et faire autant de bon vin. Si vous voyez que le temps va être mauvais vers le Sud pour une longue période, c’est par là-bas qu’il faut se ruer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *